La triste histoire d’Annie Jones, la femme à barbe de PT Barnum

La triste histoire d’Annie Jones, la femme à barbe de PT Barnum

mai 1, 2019 0 Par Julie

Comment Annie Jones est devenue célèbre en tant que “femme à barbe” de PT Barnum et pourtant n’est morte en étant qu’un “phénomène monstrueux” du cirque aux yeux de l’entreprise qui l’a rongée.

 

Annie Jones, la dame à barbe

 

Les femmes barbues ont toujours été un sujet de prédilection depuis des temps immémoriaux, et figuraient souvent au sommet de la liste des « monstres du cirque ». Si Annie Jones est devenue célèbre grâce à cela, ça n’a pas empêché sa vie d’être marquée par une tragédie.

 

Annie Jones devient la dame à barbe

 

Annie Jones, la dame à barbe 2

Affiche française annonçant Annie Jones, «La barbe». Vers 1880-1890.

Annie Jones est née en Virginie en 1865 et serait sortie du ventre de sa mère alors que son menton était déjà recouvert de poils.

Le choc initial de ses parents d’avoir eu une fille en bas âge avec les poils d’un homme adulte s’est rapidement estompé après qu’ils se soient rendus compte qu’on leur avait présenté une occasion unique de gagner de l’argent. Jones n’avait même pas un an lorsque ses parents la poussèrent pour la première fois dans l’exposition de PT Barnum à New York. La petite fille s’appelait « The Infant Esau » (Le jeune enfant Esau), une référence au célèbre frère velu de Jacob dans l’Ancien Testament.

En outre, Jones a été décrite comme « le plus merveilleux spécimen de développement hirsute connu depuis l’époque d’Esaü » et a donc débuté sa carrière dans le domaine du spectacle avant même de pouvoir marcher. Elle était une attraction tellement populaire que Barnum a offert à sa mère un contrat de trois ans à un tarif de 150 $.

Mais Jones servirait d’attraction secondaire bien plus longtemps que la durée de ce contrat initial. Au fil du temps, le « Petit Esaü » devint la « Dame Esau » et, éventuellement, la « Dame barbue ».

En cours de route, Jones a séduit le public en jouant de ses aspects féminins comme ses cheveux, en s’habillant de vêtements féminins à la mode et en apprenant à jouer de la mandoline. Le contraste a fonctionné et Annie Jones s’est avérée être l’un des actes les plus mémorables de Barnum.

 

La femme derrière le “monstre”

On ne sait toujours pas ce qui a exactement causé la maladie d’Annie Jones, bien qu’il s’agisse probablement d’hirsutisme, une maladie qui cause « des poils grossiers chez les femmes dans une répartition semblable à celle des hommes » et qui toucherait environ 5 à 10% des femmes.

 

Annie Jones, la dame à barbe 3

 

En effet, bien que Jones ait pu être la plus célèbre dame barbue de l’époque (du fait qu’elle faisait partie de la très célèbre émission de Barnum), elle n’était certainement pas la seule. Julia Pastrana, née en 1834, était une Mexicaine dont le corps était presque entièrement recouvert de cheveux épais et noirs. Considérée comme « la femme singe », Pastrana était une autre célébrité mineure de l’ère victorienne qui a parcouru l’Europe tout au long de sa vie, mais aussi comme un spécimen momifié après sa mort en 1860.

Comme Pastrana, Annie Jones a eu une vie courte, une vie qui ne lui a guère permis de s’épanouir en dehors de la tente.

Jones épousa en 1880 un homme du nom de Richard Elliot, un « aboyeur » (l’homme qui criait aux passants pour les attirer à voir les attractions). Adulte, elle a dissimulé son âge et ses parents ont désapprouvé le mariage.

Néanmoins, le mariage dura 15 ans, jusqu’à ce que les deux divorcent en 1895. Peu de temps après, Jones épouse William Donovan. Les deux amoureux ont décidé de voyager en duo pendant un moment et ont fait une tournée européenne ensemble avant le décès inattendu de son mari quatre ans plus tard. Plutôt que de continuer seule, Jones choisit de retourner dans la seule maison qu’elle ait jamais vraiment connue et rejoignit le « plus grand spectacle sur terre » de PT Barnum.

Bien que Jones devait toute sa gloire et sa fortune à être présentée comme un “monstre de Barnum”, c’est à ce stade de sa carrière qu’elle a fait campagne contre l’utilisation du mot pour décrire des artistes de spectacles. Cependant, à 37 ans, elle est décédée de tuberculose après avoir rendu visite à sa mère, n’ayant « connu d’autre vie que celle d’un monstre ».

Depuis, il y a eu d’autres femmes à barbe célèbres. Son cas n’est pas unique !