Guide du débutant sur la trichophilie

Guide du débutant sur la trichophilie

mars 20, 2019 0 Par Julie

En novembre 2011, un article est paru sur le Daily Mail : «Un meurtrier rituel au service du fétichisme des cheveux purgeant une peine d’emprisonnement à perpétuité dans une prison britannique est reconnu coupable en 1993 de meurtre d’un adolescent en Italie ». Un article qui interpelle…

 

trichophilie-cheveux-coupés-pilou-pilou

 

L’histoire concernait Danilo Restivo – un homme fétichiste condamné pour avoir coupé les cheveux d’une femme à 30 ans de prison pour le meurtre d’Elisa Claps, âgée de 16 ans, en 1993 (à Potenza, en Italie). Il a également été reconnu coupable du meurtre de Heather Barnett, âgée de 48 ans, en 2002 (à Bournemouth, au Royaume-Uni).

 

Les meurtres ont été décrits comme rituels et les deux meurtres impliquaient de couper les seins et de mettre des mèches de cheveux dans ses mains. Un autre lien entre les deux cas était que 15 femmes avaient déclaré que leurs cheveux avaient été coupés involontairement dans des bus à Bournemouth et à Potenza à peu près au moment des meurtres. Clairement, Restivo n’est pas un trichophile typique (c’est-à-dire un fétichiste des cheveux) et n’est pas représentatif de ceux qui aiment cette paraphilie. Cependant, c’est l’une des rares fois où le fétichisme des cehveux a été souligné par les médias.

 

La trichophilie, déviance sexuelle de la paraphilie

Selon le livre de 2009 du Dr. Anil Aggrawal intitulé Les aspects médico-légaux et médico-légaux des crimes sexuels et pratiques sexuelles inhabituelles, la trichophilie est une paraphilie sexuelle (parfois appelée trichopathophilie, hirsutophilie et / ou fétichisme des cheveux) dans laquelle les individus tirent leur plaisir et leur excitation sexuels de cheveux humains (le plus souvent de cheveux).

 

La source de l’excitation sexuelle peut provenir de la visualisation, du toucher ou, dans des cas extrêmes, de la consommation de cheveux. Bien que les cheveux soient la source la plus commune d’excitation, d’autres types de cheveux peuvent être aussi, sinon plus, excitants, notamment les poils pubiens (pubephilia), les poils des aisselles, les poils de la poitrine ou les poils du visage tels que la barbe (pogonophilia). ).

 

trichophilie-cheveux-bruns-pilou-pilou

 

Certains auteurs – comme la Dre Brenda Love dans son Encyclopédie des pratiques sexuelles inhabituelles– utilisent le mot « hirsutophilie » pour désigner le fétiche uniquement pour les poils des aisselles. La Dre Love affirme également que certains fétichistes des cheveux sont plus favorisés par certains sexes (par exemple, elle affirme que les cheveux de poitrine sont plus susceptibles d’être préférés par les femmes).

 

Un fétichisme existant chez les deux sexes

Le fétiche a été observé chez les hommes et les femmes (bien que comme avec la plupart des fétiches et paraphilie, il semble être à prédominance masculine). Les fétichistes des cheveux peuvent également avoir des attributs très spécifiques quant à ce qui suscite le plus l’excitation sexuelle (comme les cheveux proviennent d’un étranger plutôt que quelqu’un qu’ils connaissent, la longueur des cheveux, la couleur des cheveux, le style des cheveux, et si les cheveux sont humides ou secs). Ils peuvent également préférer que les cheveux aient été lavés avec un shampooing ou un fixatif particulier suggérant un chevauchement avec l’olfactophilie (c.-à-d. La dérivation du plaisir sexuel et de l’excitation sexuelle par des odeurs particulières).

 

D’autres variantes peuvent inclure le plaisir sexuel d’avoir les cheveux coupés, rasés et / ou lavés (en fait, un fétiche pour manipuler et / ou shampouiner les cheveux est appelé tripoplagnia). Freud pensait que les hommes coupant de longs cheveux féminins pouvaient représenter la peur de la castration chez un homme (c’est-à-dire que les cheveux d’une femme représentaient un pénis symbolique et qu’un homme se sentait dominant en le coupant). Il n’y a absolument aucune preuve empirique à l’appui de telles affirmations, mais Freud est l’une des rares personnes à proposer une explication psychologique. Les connexions fétichistes de sites Web font un certain nombre d’affirmations sur les fétiches des cheveux, qui les utilise, et différents sous-types :

 

– les passionnés revendiquent un intérêt depuis leur enfance et sont particulièrement intéressés par les publicités pour le shampooing à la télévision.

– Quelques hétéro-voyeurs aiment le look de femmes avec aisselles poilues, ou d’hommes avec la poitrine velue.

– Il existe aussi une sous-communauté gay impliquant des “musclés” avec une poitrine velue.

– Des salons de coiffure ou des spas où le traitement complet comprend une coupe de cheveux, un massage capillaire, un shampooing et des rouleaux. Le rituel shampooing et rouleaux est également partagé par les enthousiastes. Les cheveux longs et droits (ruche, bascule, etc.) sont peut-être le fétiche le plus répandu, suivis des cheveux longs et lisses, suivis des cheveux bouclés, suivis des cheveux courts et hérissés.

 

couper-les-cheveux-pilou-pilou

 

Les amateurs aiment mettre les cheveux dans la bouche pendant les rapports sexuels, mais beaucoup atteignent l’orgasme simplement en touchant les cheveux ou en se masturbant (parfois sur les cheveux eux-mêmes, mais pas toujours) .

 

Absence d’études sur la trichophilie

Il semble n’exister aucune étude empirique à l’appui de ces affirmations mais, en l’absence de toute littérature de recherche universitaire, les affirmations faites (à tout le moins) orientent les études de confirmation. Dans leur livre de 2009 intitulé Death / Sex , le biologiste Tyler Volk et l’auteur Dorion Sagan affirment que les racines (sans jeu de mots) de la trichophilie résident dans les sentiments physiologiques ressentis par le corps lorsque les cheveux sont lus. Plus précisément, ils affirment que :

« Se faire coiffer, se faire couper les cheveux, comme un massage, des caresses ou un rire peut produire des endorphines endogènes, les propres drogues du plaisir du corps ».

On n’a pas encore retrouvé la ou les études qui le démontrent, mais sur la base d’autres activités agréables dont il a été démontré qu’elles produisent des endorphines, il n’y a aucune raison de ne pas penser que ce n’est pas le cas avec la coiffure.

 

Dans un précédent blog sur le fétichisme, Mark D. Griffiths Ph.D. a longuement écrit sur une étude menée par le Dr G. Scorolli (Université de Bologne, Italie) sur la prévalence relative de différents fétiches à l’aide de données de forums fétichistes en ligne. Il a été estimé (de manière très conservatrice selon les auteurs) que leur échantillon comptait au moins 5 000 fétichistes (mais était probablement beaucoup plus important). Leurs résultats ont montré que les fétiches parties de corps étaient les plus fréquents (33%), les sites fétichistes trichophiles représentant 7% de tous les sites étudiés (6 707 fétichistes au total). 864 autres fétichistes comprenaient d’autres types de poils, notamment les sites d’épilation, la barbe et les poils pubiens.

 

 

Le cas le plus connu

À ce jour, il n’existe pas de récit détaillé de la trichophilie dans la littérature clinique. Le Dr Richard von Krafft-Ebbing a évoqué le cas d’un homme marié à une femme barbue qui était bouleversée après sa mort et qui en recherchait constamment une autre (bien que la trichophilie soit implicite). Cependant, le Dr Magnus Hirschfield, dans son livre Sexual Anomalies and Perversion, a relaté un cas plus détaillé d’un homme trichophile (gay). Il a noté :

« Lorsque le patient (un haut fonctionnaire aujourd’hui âgé de 50 ans) eut sept ans, il se trouva un soir que, alors qu’il était déjà couché, la servante qui partait le rejoignit et l’embrassa. La patiente se souvient encore très clairement de la manière dont il a passé ses doigts dans ses cheveux. À l’âge de la puberté, il commençait à ressentir une excitation sexuelle chaque fois qu’il voyait ou touchait des cheveux bien coiffés.

Mais à partir de ce moment-là, l’excitation n’était plus provoquée que par les cheveux des hommes ; les cheveux des femmes n’exerçaient aucun effet sur lui, et même chez les hommes, il ne s’intéressait qu’aux cheveux châtains, bruns, qui devaient être repoussés en arrière… Il tire un plaisir particulier et une excitation sexuelle à s’habiller. Il exécute cette opération de la manière suivante. Il se tient derrière l’autre homme, applique de l’huile pour cheveux qu’il porte toujours avec lui avec des peignes, puis il coiffe les cheveux en arrière. Au moment où le peigne atteint le sommet de la tête, l’éjaculation a lieu… Le patient, dont le comportement a souvent attiré l’attention , est connu sous le surnom de «Le coiffeur» ».

 

Malheureusement, dans son étude de cas, Hirschfield a fourni très peu d’informations permettant de spéculer sérieusement sur les causes et / ou les motivations de son fétiche. Cela a évidemment commencé dans l’enfance et s’est développé au cours des années suivantes. Il semblerait également que ces premières expériences semblent avoir été associées à une excitation sexuelle et que le comportement fétichiste s’est probablement développé via des expériences conditionnées de manière classique. Comme beaucoup d’autres fétiches et paraphilies, c’est un autre domaine dans lequel il existe un grand besoin de recherches supplémentaires.

 

Le fétichisme, faut-il en avoir peur ?